Marie-Antoinette & le complot maçonnique, de Louis Dasté

marie-antoinette fm pdfAuteur : Dasté Louis (Baron André)
Marie-Antoinette & le Complot Maçonnique
Année : 1910

Télécharger le [PDF]

marie-antoinette-et-le-complot-maconnique« Au XVIIIe siècle, la Foi catholique et la France furent ensemble comme incarnées dans un être représentatif au plus haut degré : fille des Césars catholiques d’Autriche et femme du Roi Très-Chrétien, Marie-Antoinette eut ce douloureux honneur.

Elle l’a porté au comble par son martyre sur l’échafaud.

Et vingt ans auparavant, elle était l’idole de la France ! Qui avait changé l’âme des Français ? Qui avait transformé les Français catholiques en blasphémateurs et sacrilèges ? Les Français amoureusement fidèles à leur dynastie séculaire en régicides ? Le but de ce livre est de montrer que l’agent de ces œuvres de mort fut la Franc-maçonnerie. »

Omnia-veritas-marie-antoinette-et-le-complot-maconnique


 

La regrettable naïveté de Marie-Antoinette
face à la Franc-maçonnerie

marie-antoinette-france-1783« A ses débuts, la Franc-maçonnerie prit le masque trompeur de la neutralité. C’est pourquoi tant de bons français, sincèrement catholiques, entrèrent alors dans les Loges. Ils n’avaient pour objectif, en se faisant initier, que de se divertir librement, et de pratiquer la philanthropie.

La lettre suivante, que la reine Marie-Antoinette écrivait, le 27 février 1781, à sa sœur Marie-Christine, nous indique ce que pensaient alors, de la dangereuse Secte, la Cour et l’aristocratie :

« Je crois que vous vous frappez beaucoup trop de la Franc-maçonnerie pour ce qui regarde la France ; elle est bien loin d’avoir ici l’importance qu’elle peut avoir en d’autres parties de l’Europe, par la raison que tout le monde en est : on sait ainsi tout ce qui s’y passe ; où donc est le danger ?

On aurait raison de s’alarmer, si c’était une société secrète de politique ; l’art du gouvernement est, au contraire, de la laisser s’étendre, et ce n’est plus que ce que c’est en réalité, une société de bienfaisance et de plaisir ; on y mange beaucoup et l’on y parle, et l’on y chante, ce qui fait dire au Roi que les gens qui chantent et qui boivent ne conspirent pas, ce n’est nullement une société d’athées déclarés, puisque, m’a-t-on dit, Dieu y est dans toutes les bouches ; on y fait beaucoup de charité, on élève les enfants des membres pauvres ou décédés, on marie leurs filles ; il n’y a pas de mal à tout cela. Ces jours derniers, la princesse de Lamballe a été nommée Grande Maitresse dans une Loge ; elle m’a raconté toutes les jolies choses qu’on lui a dites, mais on y a vidé plus de verres qu’on y a chanté de couplets ; on doit prochainement doter deux filles : je crois après tout que l’on pourrait faire du bien sans tant de cérémonie mais il faut laisser à chacun sa manière ; pourvu qu’on fasse le bien, qu’importe ! »

Les manœuvres secrètes de l’innocente « société de bienfaisance et de plaisir » devaient aboutir, le 3 septembre 1792, à l’assassinat de la princesse de Lamballe devant la prison de la Force, et, pour la Reine, à l’échafaud du 26 octobre 1793.

Quel tragique exemple des maux que peuvent engendrer les sociétés neutres, d’apparence si bénigne. »

Jean Biguedin – Article sur les Boys-Scouts
Revue internationale des Sociétés secrètes (1912)
Source :


 

Edition Démocratie Royale (2015)
Edition Démocratie Royale (2015)

LE BUT DU COUP D’ÉTAT :
ÉRADIQUER
CATHOLICISME ET MONARCHIE

Nos rois avaient fait de la France la première puissance occidentale avant le coup d’état maçonnique de 1789 ; Camille Desmoulins n’écrivait-il pas dans son Histoire des Brissotins : « Nous n’étions peut-être pas à Paris dix républicains le 12 juillet 1789 » ? La Révolution dite Française a pour but l’éradication totale et définitive du Catholicisme et de la Monarchie par la Synagogue via les loges maçonniques (et ses « Arrières-Loges ») qui étaient plus de 700 dans tout le royaume.

En 1781 Marie-Antoinette écrivait à sa sœur : « L’art du gouvernement est de laisser la Franc-maçonnerie s’étendre, car ce n’est qu’une association de bienfaisance et de plaisir. » Si à cette date Marie-Antoinette ne vit pas le danger que représentait la Franc-maçonnerie, dont les méthodes sont le mensonge, le truquage et la dissimulation, elle comprit trop tard que derrière les loges d’apparences, œuvraient en coulisses les Arrières-Loges ayant des desseins radicalement opposés à ceux prétendus par les Loges de « façades ».

LA FAMILLE ROYALE PRISONNIÈRE DE LA MAÇONNERIE

La Reine accuse enfin la Maçonnerie : « Après quelques mois passés aux Tuileries sous l’œil des Barbares de la Maçonnerie, la Reine sait ! Elle sait qu’elle est dans les Loges la source des calamités qui viennent de fondre sur la France et sur la royauté. » Voici les dernières lignes d’une lettre adressée par elle à son frère, l’empereur Léopold II, en 1790 : Adieu, mon cher frère, il faut que je compte bien sur toute votre amitié pour ne pas craindre d’en abuser, mais en revanche comptez bien sur toute la tendresse de votre malheureuse sœur. J’embrasse ma belle-sœur et vos enfants ; prenez bien garde là-bas à toute association de franc-maçons (sic) ; c’est par cette voie que tous les monstres d’ici comptent d’arriver dans tous les pays au même but.

Neuf ans auparavant, de clairvoyants serviteurs de la cause catholique et française avaient conjuré le Roi et la Reine de « prendre garde à toute association de francs-maçons »… Hélas ! leurs avertissements n’avaient pas été écoutés. Quand le péril maçonnique fut aperçu dans toute son horreur par Louis XVI et Marie-Antoinette, il était trop tard : la France était la proie des Arrière-Loges ; la famille royale était leur prisonnière.

LE PEUPLE DE FRANCE TRANSFORMÉ EN RÉGICIDE

Au XVIIIe siècle, la Foi catholique et la France furent ensemble comme incarnées dans un être représentatif au plus haut degré : fille des Césars catholiques d’Autriche et femme du Roi Très-Chrétien, Marie-Antoinette eut ce douloureux honneur. Elle l’a porté au comble par son martyre sur l’échafaud. Et vingt ans auparavant, elle était l’idole de la France ! Qui avait changé l’âme des Français ? Qui avait transformé les Français catholiques en blasphémateurs et sacrilèges ? Les Français amoureusement fidèles à leur dynastie séculaire en régicides ? Le but de ce livre est de montrer que l’agent de ces œuvres de mort fut la Franc-maçonnerie.

Livre sur marie-antoinette-reine.com


Edition Sant-Remi
Edition Sant-Remi

« A la mémoire de S. S. Clément XII, le premier des sept Papes qui ont dénoncé la Maçonnerie comme l’arme principale des ennemis de l’Église et de la société chrétienne, sans réussir, hélas ! à entraîner les Catholiques dans une Croisade nouvelle, – Croisade nécessaire pourtant, si les Nations chrétiennes veulent ne pas mourir ; A la mémoire des pères de l’Antimaçonnisme : Les PP. Jésuites Barruel et Deschamps Les grands journalistes chrétiens Crétineau-Joly et Claudio Jannet. »


L’Ombre D’un Doute
La Condamnation de Marie Antoinette

Le 16 mai 1770, Marie-Antoinette, l’archiduchesse d’Autriche, épouse Louis XVI. Vingt-trois ans plus tard, le tribunal révolutionnaire l’accuse d’intelligence et de conspiration avec l’ennemi ainsi que de dilapidation des finances publiques. Mais le dossier d’accusation est incomplet, les preuves écrites manquent. L’ancienne reine de France est pourtant guillotinée le 16 octobre 1793.


 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s