L’Education républicaine est la propagande maçonnique : Dossier & Actualité

Main-mise franc-maçonne sur l’éducation française
L’Illuminisme et aujourd’hui la franc-maçonnerie ont pour objectif premier de formater la jeunesse par « l’éducation républicaine ». Des documents secrets publiés et des déclarations officielles en attestent. En avril 2016 est prévu un « colloque organisé par la franc-maçonnerie et l’éducation nationale » sous la houlette de l’Etat…

Par le biais de l’actualité, retour sur la mainmise de la F-M sur nos chères têtes blondes.


 

Un colloque organisé par la franc-maçonnerie et l’éducation nationale

la-croix.com – 22/02/2016

« Organisé par la Grande Loge de France « sous le haut patronage » du ministère de l’Éducation nationale, ce colloque sur la jeunesse se tiendra début avril à Paris.

monavenir colloque fm jeunessePour son colloque sur la jeunesse qui aura lieu le 2 avril au Palais Brongniard à Paris, la Grande Loge de France pourra compter sur une invitée de marque. La ministre de l’éducation nationale a fait savoir il y a déjà plusieurs mois qu’elle y participerait : « Vous pouvez compter sur mon soutien et mon parrainage pour votre colloque avec la GLFF (ndlr : grande loge féminine de France) », avait-elle déclaré le 26 septembre 2015 lors du cinquième dîner de cette obédience maçonnique.

Un logo qui fait polémique

Qu’un ministre participe à un tel événement ne pose a priori pas de problème. Après tout, répliqueront certains, Bernard Cazeneuve, alors ministre de l’Intérieur, ne s’était-il pas rendu en octobre aux États généraux du christianisme organisés à Strasbourg par La Vie ? Certes, mais l’événement n’était pas placé sous le parrainage du ministère, ni sous son « haut patronage ».

Depuis trois jours, l’affiche promotionnelle du colloque circule sur les réseaux sociaux sous le hashtag #monavenir. Le logo du ministère de l’éducation nationale est mis en évidence en haut de cette affiche où sourient six jeunes.

Ce logo est entouré de ceux de la Grande Loge de France et de la Grande Loge Féminine de France, qui coorganisent l’événement.

monavenir colloque fm jeunesse
L’éloge du multiculturalisme et du métissage est une constante judéo-maçonnique. Cf par exemple « Les dessous de l’antiracisme« 

Élu en juin 2016 Grand Maître de la Grande Loge de France, Philippe Charuel avait annoncé qu’il ferait de la jeunesse l’une des priorités de son mandat : une initiative vraisemblablement encouragée par ce parrainage ministériel. Lors du dîner auquel elle avait participé le 26 septembre, Najat Vallaud-Belkacem s’était par ailleurs dite consciente de « ce que la République et l’école doivent à la franc-maçonnerie depuis deux siècles ».

Un monde « plus éthique, plus juste, plus respectueux de l’environnement »

Dans son communiqué de presse publié en septembre, la Grande Loge de France annonçait que le colloque du 2 avril rassemblerait des jeunes – pas uniquement francs-maçons –, leur permettant d’échanger « pour faire que notre monde de demain soit plus éthique, plus juste, plus respectueux de l’environnement ».

Trois tables rondes auront lieu au cours de cette journée avec, parmi les invités, le musicien André Manoukian ou l’anthropologue Dounia Bouzar.

Marquant par là une différence notable avec le Grand Orient de France, la Grande Loge de France se voit comme l’héritière des valeurs déistes des Lumières. Ces positions sont exposées sur son site Internet, où est évoqué le « Grand Architecte de l’Univers ».

Invitant ses membres à une laïcité « respectueuse des convictions religieuses et spirituelles de chacun », cette obédience maçonnique se défend d’avoir une démarche théiste, athéiste ou anticléricale.

Mélinée Le Priol »


Philippe Nemo
« La franc-maçonnerie domine l’Éducation nationale »

Entretien avec Philippe Nemo, philosophe et historien des idées politiques. Philippe Nemo est l’auteur, notamment, de « Pourquoi ont-ils tué Jules Ferry? : la dérive de l’école sous la Ve République » (Grasset).

L’incroyable pyramide de l’Education Nationale…

Un professeur de l’Education Nationale en activité témoigne sous X, par crainte des représailles, pour Médias-Presse-Info, de l’état actuel de l’institution à qui nous confions-corps et âmes-nos enfants. La majorité du corps professoral subit plus qu’elle ne participe.


La Maçonnerie s’empare
de l’Education des Enfants


 

Franc-maçonnerie : instruction obligatoire,
éducation laïque (maçonnique)

« L’un des buts de la Franc-maçonnerie :

La Franc-Maçonnerie doit poursuivre la déchristianisation de la France, en étendant sans cesse son influence morale et philosophique.

(Paroles du F.*. Léon Martin au Congrès des Loges de la Région Parisienne. Séance du 30 mai 1904. Compte-rendu du Congrès, p. 31.)

« Les francs-maçons se sont toujours gardés de dire qu’ils voulaient déchristianiser l’enseignement du pays. Leur tactique a consisté uniquement à mettre de plus en plus exclusivement sous le contrôle du gouvernement toutes les écoles primaires de France, et cela en prônant partout la « nécessité » d’un enseignement (faussement) gratuit et obligatoire.

Ils se donnèrent, dans les élections, comme les protecteurs du peuple, des ouvriers, et réclamèrent à grands cris la gratuité de l’enseignement. Or, tout ce programme électoral était soigneusement élaboré dans les loges et l’on était bien décidé à en arriver, petit à petit, au contrôle exclusif de l’enseignement par l’Etat, (via la maçonnerie). Ce monopole une fois établi par la loi, les francs-maçons étaient sûrs qu’en faisant élire leurs créatures au Parlement, ils arriveraient à faire des écoles antichrétiennes, que tous les enfants seraient forcés de fréquenter, par la loi de l’instruction obligatoire.

Le 11 juin 1872, en effet, comme nous l’apprend le journal maçonnique, la « Chaîne d’Union » (an. 1879, p. 217), une circulaire déposée à l’-assemblée générale du Grand-Orient par le F.’. de Hérédia, député de Paris, contenait cette déclaration:
« Nous demandons l’instruction obligatoire pour tous, gratuite et laïque (maçonnique), dans toutes les écoles publiques et communales. »

Au Convent du Grand- Orient, de septembre 1879, le F.’. Francolin prononçait, au cours d’une allocution fort applaudie, ces paroles significatives :
« J’ai cru qu’il fallait dire nettement que nous sommes l’avant-garde de l’éducation laïque (maçonnique) et républicaine, et que partout où il y a un enfant, partout où il y a une école, on trouvera la main d’un Franc-Maçon. . .  » (Compte rendu du Convent de 1879, p. 337.)

On sait ce qui résulta de cette campagne maçonnique, menée hypocritement au nom des « intérêts du peuple », du « progrès » et du « respect de la conscience de l’enfant » (quel cynisme odieux déployé ici pour faire avaler l’école laïque, (maçonnique).)

La loi du 16 juin 1881 rendit l’enseignement gratuit ; la loi du 28 mars 1882 le rendit obligatoire; et, enfin, la loi du 30 octobre 1886 laïcisa le personnel enseignant. (Cf. Le- François, « Le plan maçonnique ».) »

Extrait de : « Le poison maçonnique », Antonio Huot, 1912 » (Source)

 

Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale :
« La Franc-maçonnerie, religion de la République »

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s