La Loge maçonnique, de Albert Vigneau, ex-maître de la Grande Loge de France

la-loge-maconnique

Wikipedia iconeAlbert Vigneau est un militant et auteur antimaçonnique français, ancien franc-maçon. Il est né en 1883 fils de Marc Vigneau et Rose Bugaret.

Il est ici question de son ouvrage La Loge Maçonnique, Paris, Les Nouvelles Éditions Nationales, 1935 (réédition aux éditions du Trident en 2011).

La Loge maconnique de Albert VigneauMon Frère Vigneau, déclarera le Grand-Maître, vous ne connaissez pas les grands secrets de la Franc-Maçonnerie : n’oubliez pas que, c’est un 33e membre du Suprême Conseil qui vous parle ; a-t-il besoin de vous apprendre que les buts secrets de la Franc-Maçonnerie sont la déchristianisation de la France ?

Le Grand-Maître rappela que la Franc-Maçonnerie avait trois buts principaux :

  1. Venger la mort des Templiers ; mission de laquelle sont chargés les Chevaliers Kadosch, 30e grade, qui doivent exercer cette vengeance sur l’Église Catholique.
  2. Abattre les frontières pour établir la République universelle, mission de laquelle sont chargés les Sublimes Princes du Royal Secret, 32e.
  3. Supprimer la Famille traditionnelle pour émanciper les enfants et l’épouse selon la bonne morale laïque, buts vers lesquels tendent les Souverains Grands inspecteurs Généraux, 33e. »

Ce livre fut écrit et publié en 1934, année dominée en France par une des crises majeures de la Troisième république, provoquée par l’affaire Stavisky. L’auteur rompt alors définitivement avec son obédience. Écœuré par le sectarisme des « Enfants de la Veuve ». Il en révèle la sinistre médiocrité. Il dénonce, de manière hélas prophétique, les dangereuses illusions pacifistes, et l’action antimilitariste, des francs-maçons, alors même que des « bruits de bottes à l’est » annoncent un conflit. Le pays l’abordera considérablement affaiblie.

Transposés de nos jours, rien ne semble avoir changé dans les objectifs et les méthodes qu’il dénonce, qui trahissent en permanence les idéaux de tolérance dont se réclame l’Ordre maçonnique. Au delà des passions éteintes, et des circonstances de l’époque, sa réédition nous est apparue éclairante, et même indispensable.

Depuis des mois je me sentais mal à l’aise dans l’ambiance des Loges maçonniques. Je m’étais vite rendu compte que l’on mentait au candidat désirant être admis dans cette société, en la lui représentant comme étant ce qu’elle n’est pas : la Franc-maçonnerie, une association de citoyens libres, de bonnes mœurs et de jugement sain, cherchant à connaître la vérité dans tous les domaines : moral, philosophique, scientifique, économique ? Mensonge ! Moi qui suis un vieux Maçon, ancien dignitaire de ma Loge, je le dis, je l’affirme, c’est un mensonge. Les Ateliers maçonniques ne sont pas des lieux où l’on donne une initiation philosophique, où «  l’on fait des hommes dignes de ce nom, des citoyens conscients et éclairés » comme « ils » le prétendent dans leurs publications…. Non ! Dans les Ateliers maçonniques, on s’occupe essentiellement d’intrigues politiques, d’anticléricalisme, de laïcité au sens le plus péjoratif du mot, et…d’antimilitarisme…C’est ce qu’ils appellent « lutter contre les erreurs, contre les fictions…La Patrie est une erreur. Dieu est une fiction.

Sa publication fit l’effet d’une bombe, car il racontait aussi comment s’était déroulé son initiation, de quelle façon est reçu la « lumière », quel est le rite d’une tenue solennelle (…)

Citations (Source) :

Très différent (…) était cet autre original qui, lui, refusa de monter au-dessus du 1er degré, trouvant que le compagnonnage et la maîtrise étaient de la fantaisie bien inutile à un Maçon parfait; et malgré ses longues années de Maçonnerie, il n’eut jamais plus de « trois ans ».

  • (fr) A propos du degré maçonnique
  • Chapitre sous la dictature de Lagorgette, p. 30

(…) l’atmosphère des loges risque de corrompre les meilleurs. Pourquoi? Parce que contrairement au catholicisme, elle développe dans l’individu les faiblesse humaines dont elle fait une sagesse; parfaitement: l’humilité est remplacée par les respect de soi; la charité, par le respect des autres; le sentiment du divin par le rationalisme; Dieu par soi-même. Le respect de soi en Maçonnerie devient de l’orgueil; le respect des autres? devient, devient quoi? Là, vraiment, je ne saurais le dire.

  • Chapitre La loge Eleusis, p. 39

(…) j’avais oublié que si les mystères de la Grèce menaient au divin, ceux de la rue Puteaux opéraient dans le sens contraire.

Les Maçons travaillent dans notre société à la manière des termites. Eléments de désintégration, ces soi-disant constructeurs sont en réalité des destructeurs; au point de vue religieux, ce sont les tueurs d’âmes; au point de vue français, ce sont des antipatriotes.

  • Chapitre Voyage à travers les loges, p. 55

Jammy Schmidt ne manque jamais, sauf en cas d’empêchement majeur, d’assister à une tenue où il est question de politique. C’est bien le Maçon politicard par excellence. Il travaille intensément dans ce sens, à l’érection du Temple de l’Humanité; il travaille dans l’Atelier maçonnique; il travaille dans le monde profane; de toute sa volonté opiniâtre, il maçonnise. Tandis qu’il parle à la tribune, ou à son plateau, particularité qui intéressera un neurologue, l’objet qui est à portée de sa main se trouve par lui transformé en pilon; carafe, candélabre, maillet tout lui est bon pour piler, en un geste d’automate, sur son bureau je ne sais quel produit imaginaire. Piler, broyer les êtres, pour en faire une pâte malléable, et soumettre l’humanité profane, à leurs vouloirs, c’est bien ce qu’ils prétendent réaliser.

  • A propos de Jammy Schmidt
  • Chapitre Voyage à travers les loges, p. 58-59

Avez-vous déjà entendu Raymond Offner, du Grand Orient, parler de l’objection de conscience? Ce pacifiste, qui est surtout un « empoisonneur de conscience », déclare que, en cas de conflit avec l’étranger, il refusera jusqu’au bout de prendre les armes; et il engage son auditoire masculin à suivre son exemple; aux ennemis du pays, nul bobo ne doit être fait. Tant pis si la France est envahie, si elle est colonisée, son peuple devient un peuple opprimé; ce qui compte, c’est de ne pas verser une goutte de sang étranger. Quant au sang français…

  • A propos de Raymond Offner
  • Chapitre Voyage à travers les loges, p. 55

 

la-loge-maconnique

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s