L’énigme du sphinx et le Temple de la Fraternité et de l’Union à Rennes

loge rennes facadeUne bien étrange pierre cubique géante attire l’attention du visiteur (rare) de cette impasse rennaise discrète : le Temple maçonnique de la capitale bretonne est ouvert à toute obédience. Du Grand Orient à une loge féminine locale, les frères et sœurs maçons sont les bienvenus au sein du Temple de la Fraternité. Et de l’Union. (Vidéo)

rennes-temple-1

 

A l’examen de la façade, le message est clair, traduit en caractères latins sous l’inscription maçonnique : « Parfaite Union » (de Haut en Bas, lire : « Loge maçonnique » puis « Pareaise xnion » en alphabet maçonnique et « Parfaite union » en alphabet latin).

rennes-temple-2

 

rennes-temple-3

rennes-temple-etoile-david-svastika

Le Temple de la Fraternité et l’énigme du sphinx

La croix gammée inscrite dans l’étoile juive peut choquer le promeneur (seulement riverain) ignorant la symbolique ésotérique. Ce symbole a été assemblé par le franc maçon Oswald Wirth au début du XX° siècle, et publié en couverture de son livre « Le Tarot des Imagiers du Moyen Age » (Planches dorées à l’or fin, 1926, texte 1927). On comprend mieux dans ce contexte le Sphinx et la symbolique égyptienne (Wirh était un proche de Papus et de la Société théosophique). Ce symbole exprime la roue solaire et l’union de l’eau et du feu (le sceau de Salomon).
Mais pourquoi avoir écrit « Pareaise xnion » en alphabet maçonnique ? Nous dont la naissance le 4 avril se situe le jour de la Saint Isidore avons eu la chance de connaître un descendant du mosaïste rennais Isidore Odorico, artisan de la décoration du Temple de la Fraternité. L’énigme du Sphinx nous renvoie à la Parfaite Union : les lettes TFU font l’objet de trois erreurs de codage. Odorico écrit : « SEX ».

Le Tarot des imagiers s’est placé sous l’égide d’une roue dont la jante est dépassée par les six pointes de deux triangles unis par la croix gammée, dite Svastika. …/… Ce signe sacré ne s’est jamais rencontré jusqu’ici fusionné en un seul trait avec le double triangle du sceau de Salomon. Lors de la fondation de la revue Le Symbolisme, nous nous sommes permis, en 1912, un anachronisme dans le mariage de deux symboles, l’un d’une prestigieuse antiquité, l’autre ne remontant qu’au judaïsme et à la kabbale.

Oswald Wirth, Le Tarot des Imagiers du Moyen Age, Le Symbolisme, 1927, page 292.

Nous remercions Alejandro, gardien éclairé de la merveilleuse bibliothèque alchimique présentée sur le site www.fulcanelli.info, de nous avoir permis de consulter et reproduire cet ouvrage précieux. (Source)

 

Extrait de l’echelledejacob.blogspot.fr


 

Aller plus loin : Exploration sur le thème du Tarot de Marseille

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s